Photoset

La mer Caspienne
Me casse les pieds Gaby
Sur mon cartel
Il n’y a rien qui soit écrit

Il reste le parfum
Absurde lendemain
Derrière la persienne
De ta vie parisienne

Text

Tremplin le Père Lachaise Musical

Jeudi soir à 20h30 je jouerai ma place pour le tremplin du Père Lachaise Musical, l’opportunité de peut-être gagner une programmation à l’année à l’Espace Christian Dente pour la saison 2014/2015.

Je serai en piano solo pour 3 titres : Je Passe Devant, MDMA et Paris Brûle T-Elle ?

Entrée libre
Espace Christian Dente
124 avenue de la République 75011 Paris

Tags: TremplinPLM
Text

Je Passe Devant

Je passe devant quand ça m’arrange
Et que tu es un peu étrange
Quand de nos vœux on ne voit plus
Qu’une vague annonce d’une autre page
Et que nos yeux ont bien trop bu
A attendre le prochain voyage

Je passe devant, oui tout va bien
Je m’en fous si tu n’es pas certain
Le temps rit, le temps glisse
Le temps lisse les lendemains
Et c’est tentant de ne pas l’attendre
A l’infini ou à la fin

Attends, éteins
Toi qui vois si bien

Je passe devant, je suis pas étanche
Quand tu t’en vas, moi je m’ennuie comme un dimanche
Si l’on s’engage à l’horizon, si l’on s’y perd
Quand tu y penses, y’a pas de tort
Ni de repère, ni de raison

Je passe devant, si je m’égare
Et si je perds toutes tes manies que je bigarre
J’ai peur du vent, du blanc des choses,
De la vitesse, du vide, du noir,
Des flamands roses, tu temps pourri
Qui ne vient jamais sans le cafard

Attends, éteins
Toi qui vois si bien

Je passe devant mais tiens moi bien
Car à part nous y’a pas grand-chose
Dont je sois certain
Je fuis le monde qui m’entoure
Et plus je cours plus je le sème
Plus il est sourd plus je le saigne
Mon amour

Toi passe devant, je ne réponds plus de rien
Y’a le tambour de la machine qui vrille au loin
Comme une statue cacochyme
Que squatte l’amour pas interim
Intempérie, enfant terrible
Pas de vie paisible

Attends, éteins
Toi qui vois si bien

Text

Concerts Janvier

Voici le programme des réjouissances pour les semaines à venir. 

Le 16 aux 3 Baudets sera intimiste, le 22 à l’Entrepôt sera jazz et le 29 à l’OPA sera urbain.

Le jeudi 16 janvier, à 20h, je serai en piano solo aux 3 baudets pour un set de 15 minutes. L’idéal pour présenter une nouvelle facette du projet, à mi chemin entre chanson et slam. 

En réalité et parce qu’on a toujours tendance à vouloir en mettre beaucoup plus que ce qui est possible, je voudrais en faire 5. Je vois déjà le régisseur me dire comme le collectif des physio de Paris : “ça va pas être possible mademoiselle”. Du coup c’est un peu la mort subite pour les 5 titres en compétition, parce qu’au final faut être raisonnable. A moins de dire juste bonjour et au revoir, je vois pas trop comment il est possible de caser 5 x 4 minutes en 15 minutes. 

Le mercredi 22 janvier, à 20h30 à l’Entrepôt, l’ambiance sera aux sonorités jazzy lors d’un set d’une heure où nous accueillerons pour la première fois de la contrebasse avec Julien Decaux. De quoi faire swinguer un peu plus tout ce joyeux bordel organisé.

François Vennin sera à la guitare.
Mathilde Durieux à la flûte traversière. 

Le Mercredi 29 janvier à 20h à l’OPA, on fera dans l’expérimental lors d’une soirée partagée avec Yasmin Shah et Raphaël Herrerias. Nous rejoindront, Tracy Sampaio pour un duo soul et Louis Lebatard pour nous envelopper de ses sonorités jazz urbaines. 

La bise

Photo
RDV le 16 janvier aux Trois Baudets pour un set découverte de 15 minutes en piano solo en première partie d’Alexandre Poulin et de Dunndotta. 
Pass 3 Baudets (30€ pour une année de concerts illimités) ou tarif 10€ pour la soirée.

RDV le 16 janvier aux Trois Baudets pour un set découverte de 15 minutes en piano solo en première partie d’Alexandre Poulin et de Dunndotta. 

Pass 3 Baudets (30€ pour une année de concerts illimités) ou tarif 10€ pour la soirée.

Photo
RDV à la Dame de Canton le mardi 29 octobre 2013 pour une soirée placée sous le signe de la chanson.
Sarah Caillibot nous fera l’honneur de sa présence en première partie de soirée et interprètera 5 titres en solo guitare/voix.
Nous continuerons avec un set de 12 titres dont quelques morceaux inédits.
Toutes les infos sur la page de l’événement : https://www.facebook.com/events/169186166606274/?fref=ts
————————————————-
Début de la soirée : 20h30Sarah Caillibot solo guitare : 21hJill Mauzac : 21h40Entrée : 5€

RDV à la Dame de Canton le mardi 29 octobre 2013 pour une soirée placée sous le signe de la chanson.

Sarah Caillibot nous fera l’honneur de sa présence en première partie de soirée et interprètera 5 titres en solo guitare/voix.

Nous continuerons avec un set de 12 titres dont quelques morceaux inédits.

Toutes les infos sur la page de l’événement : https://www.facebook.com/events/169186166606274/?fref=ts

————————————————-

Début de la soirée : 20h30
Sarah Caillibot solo guitare : 21h
Jill Mauzac : 21h40
Entrée : 5€

Video

Retrouvez Sweet Mandarine en écoute sur la compilation du mois d’octobre de la Dame de Canton.

Listen/download: OCTOBRE XIII by La Dame de Canton

Video

Réalisation & montage : Louis-Paul Ordonneau
(c) Long Play Production

Saint Germain (Jill Mauzac / Jill Mauzac )
Réalisation : Mickaël Winter
Arrangements et co-réalisation : Jean-Daniel Glorioso
Guitares & arrangements : François Vennin
(c) Adjedj Publishing / Remark Records

Managament : Mickael Winter (mwinter@noos.fr)
Presse : Jrémie Aguilar (james@soitditenpensant.com)
www.lamaisonmauzac.tumblr.com

——————————

Saint Germain n’est pas l’apologie d’un quartier de Paris, même si Paris en est le point de départ. C’est une chanson, une histoire, des mouvements de caméras et des passants qui vous emportent et où  s’entrechoquent poésie, désuétude et réalisme.

Saint Germain c’est prendre conscience que nos vies sont éphémères, nos repères fragiles, notre quête de sens en péril, que vivre intensément nous dévore dans un quotidien où les contradictions nous sèment.

Saint Germain c’est le souci permanent de recoller les morceaux qu’emporte chaque jour un peu plus avec elle une urbanité monstrueusement sage. Parce qu’on est fatigué d’être chaque jour un peu plus imperméable, et qu’on aimerait bien aller s’enfouir au plus profond de nos chairs pour y retrouver notre désir d’appartenir à quelque chose de plus grand que nous.

Saint Germain c’est le temps qui se meut comme le sable des dunes, suivant indéfiniment la même logique mais offrant chaque jour un spectacle différent. C’est une ritournelle qu’on a envie d’écouter encore et encore parce qu’on en voit les images défiler inlassablement et que les choses qui se répètent, quelque part, c’est rassurant.

—————————

Paroles :

Saint Germain
Au bout du monde
Les souvenirs changent
Les histoires se racontent

C’est des images réelles, des pensées imagées
Machine à lire les rêves, un livre 1000 fois corné
Ces petites choses qui marquent, toutes les aspérités
Ta mémoire à tiroirs appelle ça l’imparfait

Saint Germain
Au bout des ondes
En dilettante
Les bpm rondes

C’est des choix à porter, des portes à enfoncer
Des idéaux qui tanguent, puis l’objectivité
Frôler encore l’ivresse pour ne pas oublier
Ton image ne cesse de me le rappeler

Saint Germain
Du bout des ongles
C’était en janvier
Tous les mois se ressemblent

C’est les affres du noir, les silences tapageurs
Les regards insoucieux, la vie à 100 à l’heure
Les martinis en trop et ton rire qui résonne
Ta volubilité, ton étreinte comme personne m’envoûtait

Saint Germain
Comme un métronome
Dans cette rétro-norme

Saint Germain
Les gouttes fondent
Nous sommes de passage
Et les minutes grondent

Les badauds nous regardent comme des fous zélés
La sourdine est en panne, toi tu danses pour l’achever
Avec tes mains en bois tu refais le portrait
De l’illusion réelle d’un rythme en décalé

Saint Germain
Il pleut des frondes
Tu respires encore
Mes démons se confondent

Je regarde sans cesse la fortune et l’ivresse
De nos jeux d’imbéciles, de nos vœux inutiles
L’envie est grandissante, la rupture imminente
Les résidus d’hier rendent les peurs rassurantes

Saint Germain
Comme un métronome
Dans cette rétro-norme
 
Saint Germain
Y’a du monde dans ce monde
Je ne vois que toi
J’ai balancé ma montre
 
Peu m’importe qui tu es
Je m’enfonce sans regrets
Au diable les repères
La peur est éphémère
Fais-moi dormir un peu
Laisse-moi rêver pour deux
Mes yeux sont grands ouverts
Car demain mon cher, nous serons vieux

Photo
Video

L’Assiette du Voisin #5

Stromae - Formidable

Text

Interlude

Je réitère ce que j’ai dit
Y’a pas plus simple, je l’ai écrit
Y’a pas plus con, j’ai pas envie
Reste avec moi, t’as pas fini

Je tends à croire qu’on s’est paumés
A faire des choses sans les signer
Il faut qu’tu t’taises, que tu t’souviennes
Il faut qu’tu t’plaises, que tu t’rappelles

J’voudrais plein d’choses sans les vouloir
Quelques minutes histoire de voir
Que tu rigoles quand j’fais des vannes
Tu tires la tronche, là j’suis en panne

Tu fais la gueule, y’a plus d’raison
Tu t’habitues, y’a plus d’saisons
Tu restes cloîtrer dans ta déprime
Tu tires les autres dans l’fond en prime

Forcément ça va mieux parfois
Tu troques tes larmes pour des éclats
Tes foutues craintes sont en sourdine
On r’fait le monde dans ta cuisine

Au lendemain j’y crois encore
C’est vrai qu’à plus on est plus forts
Tu n’réponds plus quand je t’appelle
Passe le nuit, tu t’fais la belle

C’est la pression qui te balade ?
La vie des autres sur une timeline ?
Tu fuis ton lot dans le concret
Y’a pas d’hashtag, c’est pas surfait

Y’a juste à s’dire que t’es normale
Qu’c’est pas une phase, que t’es durable
Qu’est-ce que tu bouffes, avec qui t’es
On s’en balance, si tu savais

Tu fais les règles, tu les appliques
Tu laisses de côté la critique
La vie qui compte, c’est pas la sienne
Concentre toi, t’en vaut la peine

Mais j’serai pas là pour tes faux pas
J’raisonne sauvegarde, ne m’en veux pas
J’voudrais qu’t’ailles mieux
Faut qu’tu t’décides
Quand ça sera le cas
Juste, fais moi signe

Photo
Recording in progress

Recording in progress

Photo
De Temps en Temps

De Temps en Temps

Text

Une biographie - par Valérie Abrial

Tout projet demande une présentation. Quelques lignes ou quelques images pour décrire en quelques traits la définition qu’on lui a donné.

Ca fait trois plombes et demi que j’essaie d’écrire une “biographie”. Parler de soi, j’sais pas faire. Et je viens de me rendre compte ce soir que certaines personnes ont la plume faite pour cet exercice. Surtout Valérie. Valérie je l’ai rencontrée il y a un peu plus d’un an. 
On se connait peu. 
Pourtant elle a su très rapidement capter mon univers, mes textes et mes délires. 

Très bonne fin de dimanche & see you next week. 

—————-

Les mots suspendus au gré des rythmes qui courent sur le tempo de la vie.
Jill Mauzac raconte un peu de nous.
Les souvenirs se mélangent dans une harmonieuse pagaille, celle qui joue avec les instants passés et à venir. Et du moment présent, Jill adopte la joie et les rires qui effacent avec bonheur les douleurs fugitives.

Car tout passe. Car tout reste.
Et puis, il y a nous et les autres.

Ce que nous pensons des autres et ce que les autres pensent de nous. La place que l’on veut bien nous donner, celle que l’on prend parfois et celle que l’on n’ose pas prendre.

Du mélo au drame, Jill Mauzac interprète la comédie de la vie souvent avec mélancolie, parfois avec drôlerie ; toujours avec intensité.

Les émotions sont détournées avec délice sur des paroles qui taquinent le chagrin, la peur et l’oubli ; sur des mots qui transforment la folie en joie, l’amour en évidence, le remord en guet-apens.

Jill Mauzac est discrète. D’elle, on sait qu’elle est née à Charleville-Mézières en 1985. On sait aussi que son enfance fut douce et bercée par la chanson française. La musique a toujours été présente de près ou de loin dans l’univers familial.
Au conservatoire, elle apprend à jouer de la harpe parce qu’il n’y a plus de place pour le piano. Jill a 8 ans mais il faut faire vite. C’est comme ça. Impatiente dans ses désirs, Jill veut très tôt dompter le temps qui passe. Le piano, elle le découvrira plus tard. Il sera son allié, son ami, celui avec qui elle compose depuis dix ans.

Sa voix, elle l’exprime avec le naturel qui est le sien : mélange de douceur et de gravité sur des tonalités pop et jazzy.

Et si ses compositions ont des airs de légèreté nonchalante, ce n’est que pour mieux révéler les étonnements que nous réservent la vie.

Sensible et drôle, Jill Mauzac possède cette raisonnable folie ; celle qui rend joyeux et qu’on ne voudrait jamais passagère.

Valérie Abrial

Video

Rose Street Session
23.02.2013
Asnières

————————

The Merrier

You scream
You shout
Any thoughts or any doubts

You walk
You fall
Your time, is under control

Why not but not right now
Too unstable we don’t know how
How to feel safe, stupid and sane
But mostly how
To play the game

The more, the merrier
Let’s just get higher

The more, the merrier
Let’s just get high…

Who do you think who are to see ?
Ugly picture, really nice frame
I like yours, mine’s the same
You’re the only one

The more, the merrier
Let’s just get higher

The more, the merrier
Let’s just get high…